Ailes d'abeille


Les abeilles ont deux paires d'ailes et sont des appendices de métathorax et moyen. Wne se développent pleinement que lors du passage de la pupe à une abeille adulte. Ils sont étendus dans un rudiment en forme de sac de couvertures du moyen et du métathorax.

La nymphe se développe et ce rudiment aussi, ses parois ventrale et dorsale convergent. L'aile de l'abeille adulte est une plaque mince et élastique, avec les veines, qui sont des morceaux de tubes creux durcis.

Pendant la formation de l'aile, l'hémolymphe y coule, tirant la plaque d'aile.

Veines sont des supports mécaniques d’une aile, ils aident à vaincre la résistance de l’air en vol. veines longitudinales différentes, partiellement ramifiées, et réticulation longitudinale les unes aux autres. Entre les veines le De fines membranes transparentes sont étirées. Le motif des veines longitudinales et transversales s'appelle la nervation.

Chaque veine, en fonction de son emplacement sur l'aile, porte un certain nom. Quatre veines longitudinales: costale, sous-costale, médiale, anale partent de la base de l'aile.

12 Ailes, les deux spécimens 13 Vue dorsolatérale. Veines de l'aile: A = anal, C = costa, Cu = cubitus, M = milieu, R = rayon, RS = secteur radial, Sc = subcosta; cellules: avant JC = cellule basale (cellule R), CC = cellule costale (cellule C), DC = cellule discale (cellules 1M, 2M), MC = cellule marginale (cellule 2R1), SBC = cellule sous-basale (cellule 1Cu), DDC = cellule sous-discale (cellule 2Cu), SMC = cellule submarginale (cellules 1R1, 1Rs, 2Rs).

aile d'abeille

Hm = veinule humérale, mc = cellule médiane, mcu = veine transversale médio-cubitale, pt = ptérostigma, rc = cellule radiale, src = cellule subradiale.

Veine costale, formant un bord d'attaque épaissi de l'aile, part de l'omoplate, ne se ramifie pas.

Veine sous-costale est près du costal, au milieu de l'aile se confond avec elle. Il ne fait pas de branche non plus.

Veine médiane ou médiane, court, divisé en deux branches – le sous-sol, reliant sous-costal et discoïdal.

Veine cubitale part de la veine médiane et s’étend le long de l’aile presque jusqu’au bout.

Veine radiale est associé à des veines cubitales et trois inter-cubitales.

Veine anale est parallèle au premier médial et en diverge ensuite. Entre eux, il y a une courte traînée neuronale.

Sur les ailes des abeilles, on trouve également les veines longitudinales suivantes: sous-discoïdal, le premier retour, le second retour.

Les veines forment sur l'aile des cellules fermées qui, ainsi que des veines, portent des noms: radial, cubital, discoïdal. Leurs noms sont définis par les veines longitudinales adjacentes. L’indice cubital permet de déterminer la race d’une abeille. Il est défini par a / b * 100%, c’est-à-dire le rapport entre la longueur d’une veine (a) de la troisième cellule cubitale et une autre veine (b). Cette caractéristique est la même pendant toute l’année, elle est faiblement corrélée avec les autres traits de conformation.

L'aile arrière a une structure similaire, mais il est beaucoup plus petit que le devant. De plus, les drones ont une vénération supplémentaire de l'aile arrière.

Les spécificités de la veine de l'aile arrière reflète les caractéristiques individuelles de chaque reine, et donc les familles des abeilles. Par conséquent, nous pouvons supposer que la veinure spécifique d'une aile arrière est un signe morphologique dans la détermination de l'appartenance à un groupe ou à une lignée particulière de la même race d'abeilles.

L'aileron arrière est doté à l'avant d'un certain nombre de crochets orientés vers le haut. Pendant le mouvement, l'aile avant avec un pli, située sur le bord arrière, coulisse sur l'aile arrière et s'accrochent à des crochets. Cela garantit un lien fort entre la paire arrière et la paire avant. Une fois pliés, ils se séparent facilement. Les abeilles ouvrières ont sur l'aile arrière de 15 à 27 hameçons, la reine – de 13 à 23 ans, un drone – de 13 à 29 ans.

Contrairement aux abeilles ouvrières, les drones peuvent présenter une anomalie – de nombreux crochets. Il y a une augmentation du nombre total d'hameçons (27-36), le nombre d'hameçons anormaux sur l'aile varie de 1 à 16.

Il existe également des différences de races dans le nombre d'hameçons. Par exemple, les abeilles du nord ont moins d’hameçons que les sud.

La jonction de l'aile avec le corps est un mécanisme complexe, qui fournit un balayage rapide de l'aile et quelques virages pendant le balayage. De plus, le joint assure le pliage. L'aile est attachée à la membrane. La place de la fixation sur la membrane est mobile.

La colonne – morceau de pleurite – joue le rôle du point d'appui de l'aile. En dehors de la colonne se trouve le bras long, du lieu de fixation du segment à la membrane à la colonne – le bras court. Le mouvement du dos conduit à la levée. Le balancement des ailes est assuré par le fait que les extrémités des nervures n’atteignent pas le bord de l’aile.

Rôle important dans l'articulation des ailes joue une série de plaques, certaines axillaires et intermédiaires. Ces plaques renforcent la base de l'aile, les font se plier le long des lignes extérieures et transfèrent le mouvement aux extrémités des nervures.

Le vol des abeilles est très différent du vol des oiseaux, les ailes des abeilles n'ont pas de muscles. De plus, les ailes des insectes ressemblent aux ailes des vertébrés mais ne sont pas homologues. Contrairement à la plupart des oiseaux, les muscles des insectes ne sont pas attachés aux ailes, mais aux parois du corps, de sorte que même de légers changements dans la forme des ailes à mouvement thoracique se déplacent rapidement.

Le mouvement des ailes en vol est coordonné et dirigé principalement par une énergie musculaire d’action indirecte, c’est-à-dire des muscles qui ne sont pas reliés à l’aile. Ce groupe comprend les muscles dorsaux longitudinaux et verticaux. La réduction du muscle vertical tire le tergite vers le bas. De ce fait, les ailes situées du côté opposé du point de pivotement s’élèvent. Avec la réduction des muscles longitudinaux, le tergite se cambre et l'aile est abaissée. Les mouvements de la paroi corporelle sont à peine perceptibles, mais étant donné que les bras de levier des deux côtés du pivot de l'aile ont une longueur différente, l'amplitude de mouvement à l'extrémité des ailes est des centaines de fois supérieure. Le deuxième groupe de muscles – les muscles à action directe, qui assurent la rotation de l’aile le long de l’axe longitudinal et la poussent dans les deux sens.

Le rôle principal pendant la vol est joué par les muscles indirects. La cavité thoracique d'une abeille en est entièrement remplie. Il y en a deux paires. La première paire est fixée aux frags avant et arrière du mésothorax. La réduction de ces muscles entraîne une certaine convergence des frags dans le segment en se pliant et en augmentant sa courbure. En conséquence, la base de l'aile s'élève et la partie de la palette de l'aile tombe. La deuxième paire de muscles dorsaux longitudinaux est considérablement plus petite que la première. Il est tendu entre le dos et le scutum. Ces muscles sont également impliqués dans l'abaissement de l'aile. Par conséquent, les muscles longitudinaux jouent un rôle d'abaissement.

aile d'abeille

Un autre groupe de muscles indirects – les muscles verticaux. Ils vont de l'arrière de la poitrine au sternite thoracique. En cas de réduction, ils s’approchent de la poitrine, c’est ce qui explique la montée de la palette.

Parfois, la fréquence des battements d’aile est liée à la fréquence des impulsions nerveuses provenant des muscles impliqués dans le vol. Mais bLa fréquence des lambeaux est indépendante de la fréquence des influx nerveux entrants. Lorsque la fréquence des impulsions nerveuses dépasse une certaine valeur minimale, les ailes claquent, mais avec une fréquence plus élevée, déterminée uniquement par les muscles, cette fréquence dépend de la tension dans les deux systèmes de muscles antagonistes.

Les muscles directs sont les muscles pleuraux des groupes avant et arrière et axillaires. L'aile pendant le vol tourne le long de l'axe longitudinal et effectue un mouvement de va-et-vient.

La paire antérieure de muscles pleuraux abaisse le bord costal en cas de réduction et le bord avant de l'aile, basé sur la colonne pleurale, tombe. La paire arrière en cas de réduction tire le bord arrière de l'aile vers le bas, participe également au repliement d'une aile. Les muscles pleuraux pendant le vol créent un effet d'hélice. De plus, chaque aile peut être vue comme une sorte d’hélice. Le mouvement de l'aile pendant le vol est caractérisé par une trajectoire complexe de la forme du numéro 8, l'extrémité supérieure est inclinée vers l'arrière, pendant le mouvement libre vers l'avant, ces huit mouvements s'étendent et deviennent une onde sinusoïdale. Les mouvements complexes des ailes en vol sont une combinaison de mouvements plus simples en montée et en descente, qui vont et viennent, modifiant la pente. Dans ce cas, une abeille effectue un grand nombre de coups verticaux de l'aile. Il existe trois types de vol d'insectes: le vol à voile, le parachutisme et l'aviron. Les abeilles aiment l'avion. Il est exécuté à l'aide de battements rythmiques continus de ses ailes.