Système digestif d'une abeille


Les aliments pour les abeilles sont le nectar et le pollen de miel et de pollinifère. Les abeilles collectent le nectar à travers la trompe, constitué de presque tous les segments allongés séparés. Un long morceau de proboscide – langue – se termine par une cuillère, entièrement équipée avec des cheveux longs et épais. Avec la cuillère, l'abeille peut lécher de petites gouttelettes de nectar. La gouttelette monte dans la gorge par un mince tube (capillaire) situé au milieu de la langue.

Quand l'abeille prend le miel de la cellule, elle enfonce la trompe plus profondément, et le miel ne monte pas dans la gorge par le tube capillaire mais plus large, formé par les autres composants de la trompe. L'abeille effectue un mouvement de succion par les muscles du pharynx, accélérant ainsi la collecte d'aliments.

Système digestif de l'abeille (3)

Le nectar pénètre dans le tube long et étroit, l'œsophage, qui relie la tête au thorax et à l'abdomen, où il se dilate en formant un goitre mielleux. Les parois du goitre de miel sont étirées de manière à pouvoir contenir jusqu'à 50 à 60 mg d'eau. Le goitre de miel peut être comprimé par l'action des muscles qui composent ses parois. Dans la ruche, l'abeille passe le nectar apporté aux abeilles ou le met dans la cellule. Après le goitre au miel, il y a un intestin moyen, qui est le principal organe qui transforme et assimile les aliments. Le goitre de miel est séparé de l'intestin moyen avec un intestin particulier à l'entrejambe. L'intestin du périnée se compose de trois parties: la tête, les valves et les tuyaux. La tête est à l'intérieur du goitre au miel. Il se compose de quatre segments, engageant un mouvement de succion continu jusqu'à ce que le goitre soit rempli de liquide. Les grains de pollen, piégés dans le goitre avec du nectar, sont capturés et tombent dans l'intestin du périnée dans l'intestin moyen. Ainsi, le nectar, recueilli par l'abeille, est débarrassé des grains de pollen, qui sont en grande quantité prélevés avec le nectar de l'anthère d'une fleur. Donc, le miel, plié dans la cellule, est pur et transparent. La manche – l'intestin du périnée vient à l'intérieur de l'intestin moyen. Par ce manchon, les aliments peuvent entrer par petites portions dans l'intestin et se déplacer plus loin. Les parois de l'intestin, parfois coupantes et ondulées, poussent lentement la nourriture. Il fuit du goitre de miel dans l’intestin, mais ne peut pas retourner dans le goitre de miel car, sous la pression, le manchon, accroché à la paroi de l’intestin, ferme son propre dégagement. Cela garantit une pureté constante du miel. L'intestin moyen possède des parois musculaires épaisses, qui forment de grands plis transversaux. Les cellules glandulaires de l'intestin sécrètent des sucs digestifs contenant des enzymes qui décomposent non seulement le sucre et l'amidon, mais également les protéines et les lipides en composants les plus courants. Le pollen est digéré principalement dans l’intestin moyen, il est immédiatement enveloppé par une masse gélatineuse muqueuse contenant des sucs digestifs. Cette gaine gélatineuse protège les cellules délicates de l'intestin moyen contre les dommages, ne laisse pas non plus les germes pénétrer dans le tractus intestinal en même temps que de la nourriture. Les grains de pollen ont une coquille épaisse, qui n'est pas détruite dans le tractus intestinal des abeilles. Les sucs digestifs pénètrent dans un grain de pollen à travers les trous (pores) de sa coquille. Sous l'influence des enzymes, le contenu des grains de pollen (amidon, protéines, graisse) est dissous et transféré dans l'intestin. Les aliments dissous sont absorbés dans la moitié arrière de l'intestin moyen. Les coquilles et les autres substances du pollen restent, mais l'eau, dans laquelle se dissout la nourriture, est décomposée en composants les plus courants, absorbée par les cellules de l'intestin et son contenu est scellé. L'intestin postérieur étroit commence à la fin de l'intestin moyen. À l'endroit où l'intestin moyen devient l'intestin postérieur commencent les conduits de ce qu'on appelle les tubules de Malpighi. Ces vaisseaux – des tubes minces de 100 à 120 tubes – sont les organes de sélection, un peu comme les reins des animaux. Les cellules des vaisseaux sanguins absorbent dans le sang environnant les produits de décomposition nocifs (acide urique, sel et autres substances), qui sont ensuite versés par le tube dans un intestin postérieur étroit et éliminés. À travers l'étroit intestin postérieur, les restes de nourriture non digérés ainsi que les produits de désintégration tombent dans le grand intestin postérieur, un réservoir à parois repliées dans lequel des selles s'accumulent pendant l'hiver. Au printemps, leur quantité peut atteindre 35-40 mg (près de la moitié du poids de l'abeille) sans aucun dommage. Au printemps, pendant le premier vol, les abeilles dégagent le tractus intestinal.

Système digestif de l'abeille (2)

À l'intérieur des murs de l'intestin postérieur, il y a 6 glandes rectales. Avec leur aide, l'eau est absorbée et les selles sont concentrées. Ces glandes sécrètent des substances qui inhibent la croissance des microbes pourris. Une reine, qui traditionnellement ne vole pas hors de la ruche, pose des selles sur les cellules, les abeilles la nettoient immédiatement. Mais après un hiver défavorable, lorsque les abeilles mangent trop de miel ou lorsque leur fonction d’absorption est altérée dans l’intestin moyen et l’intestin postérieur, les abeilles peuvent accumuler un excès de matières fécales à la fin de l’hiver, qui pollue les cellules et les parois de la ruche. Dans ce cas, beaucoup d'abeilles meurent.